Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Salicaire pourpre – Île-du-Prince-Édouard

Fédérale

Chaque année, en mai et en juin, le personnel du parc surveille les plantes envahissantes des milieux humides aux sites de surveillance des marais (huit parcelles par année). Dans chaque milieu humide, deux quadrats de 1 m sur 1 m et disposés à 2 m de distance l’un de l’autre sont échantillonnés le long de trois transects situés à 5 m et 15 m dans des zones de prairie mouillée et des zones de végétation émergente et submergée. Le couvert en pourcentage est enregistré dans chaque quadrat pour 10 espèces de plantes exotiques envahissantes, notamment le roseau commun européen, l’hydrocharis grenouillère et la salicaire pourpre.

Dernière mise à jour : 26 mars 2020
Dossier publié : 17 sept. 2019
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Espèces envahissantes, Phragmites australis, Hydrocharis grenouillère, Salicaire pourpre, Couvert en pourcentage, Plantes exotiques, Mille-Îles, Ontario
Fédérale

Le parc corrèle la morphologie de la sarracénie pourpre et la disponibilité d’azote atmosphérique, qui peut affecter son développement.

Dernière mise à jour : 17 janv. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  sarracénie pourpre, azote atmosphérique, nutriments, milieux humides, Terre-Neuve
Fédérale

AttentionFlore est un programme national qui a été intégré aux activités de surveillance de l'intégrité écologique dans le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.). Ce programme améliore notre compréhension des effets des changements climatiques sur la phénologie des plantes communes. Le parc national de l'Î.-P.-É. fait le suivi de la date julienne de la première floraison de cinq espèces ȧ l'intérieur des écosystèmes de milieux humides et côtiers: le myrte bâtard (Myrica pensylvanica), le pois de mer (Lathyrus japonicus), le rosier de virginie (Rosa virginiana), le rhododendron du Canada (Rhododendron canadense) et le thé du Labrador (Ledum groenlandicum).

Dernière mise à jour : 24 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., AttentionFlore, première floraison, cornouiller du Canada, Cornus Canadensis, trientale boréale, Trientalis borealis, érable rouge, Acer rubrum
Fédérale

Quoi? Les changements relatifs aux processus et aux facteurs de stress survenant dans les tourbières oligotrophes et les tourbières minérotrophes pauvres du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton font l’objet d’une surveillance par l’entremise de l’étude de la morphologie des feuilles de la sarracénie pourpre (Sarracenia purpurea). Quand? Les activités de surveillance pour ce programme ont lieu sur un cycle de cinq ans et les sites sont visités en juillet et en août.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, Santé des zones humides, Sarracénie pourpre (Sarracenia purpurea), Densité, Nutriments
Fédérale

Un programme de suivi des odonates est effectué dans quatre étangs d'eau peu profonde à l'intérieur des écosystèmes de milieux humides du parc national de l’Î.-P.-É. Le personnel du parc prélève des exuvies (dépouilles abandonnées de l'exosquelette du stade de mue de la larve aquatique) des larves métamorphosées de l'ordre des Odonates deux fois par année : au début de l'été (juin) et à la fin de l'été (août) durant les périodes d'émergence de forte intensité. L'objectif de la mesure est d'obtenir des données de référence sur la diversité et l'abondance relative des espèces de libellules et de demoiselles dans les milieux humides du parc national. Les données sur la diversité taxinomique et l'abondance sont comparées avec celles des mesures historiques pour évaluer l'intégrité écologique.

Dernière mise à jour : 8 oct. 2019
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., milieux humides, odonates, libellules, biodiversité, exuvie
Fédérale

Les inondations saisonnières et la rétention d’eau dans les basses terres ou les secteurs associés à des voies d’évacuation de l’eau créent des habitats uniques et productifs dans le paysage. Les milieux humides qui sont régulièrement inondés et qui contiennent des quantités substantielles de végétation émergente ou submergée sont appelés des marais semi émergents. Tous les dix ans, la superficie des marais semi émergents est estimée dans certains milieux humides du parc national de l’Î.-P.E. durant la fin de l’été à l’aide d’images satellites et d’orthophotographies numériques, qui servent à mesurer la productivité d’un milieu humide.

Dernière mise à jour : 27 juin 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  parc national de l’IPE, milieu humide, productivité
Fédérale

AttentionFlore est un programme national qui a été intégré aux activités de surveillance de l'intégrité écologique dans le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.). Ce programme améliore notre compréhension des effets des changements climatiques sur la phénologie des plantes communes. Le parc national de l'Î.-P.-É. fait le suivi de la date julienne de la première floraison de quatre espèces de l'écosystème forestier : l'érable rouge (Acer rubrum), le mélèze laricin (Larix laricina), le cornouiller du Canada (Cornus canadensis) et la trientale boréale (Trientalis borealis).

Dernière mise à jour : 24 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., AttentionFlore, première floraison, cornouiller du Canada, Cornus Canadensis, trientale boréale, Trientalis borealis, érable rouge, Acer rubrum
Fédérale

Les entrées et les sorties hydrologiques déterminent la profondeur de l'eau, les modèles d'écoulement de l'eau ainsi que la durée et la fréquence des inondations. Le régime saisonnier des variations du niveau d'eau d'un milieu humide est connu sous le nom d'hydropériode. La variabilité de l'hydropériode d'une année ȧ l'autre est liée aux conditions précises du climat et d'un site. Les conditions hydrologiques influent principalement sur les facteurs abiotiques comme la disponibilité des nutriments, la chimie du sol et la chimie de l'eau, qui, ȧ leur tour, sont tous des facteurs qui déterminent les composantes biotiques (la composition en espèces, la richesse spécifique, la productivité primaire) des écosystèmes de milieux humides.

Dernière mise à jour : 24 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., hydrologie, niveau d'eau, indice du débit, débit, hydropériode, indice Richards-Baker (IRB), milieu humide, enregistreurs du niveau d'eau
Fédérale

L'abondance des terriers de nidification des hirondelles de rivage (Riparia riparia) dans leur habitat, qui comprend des falaises et des berges le long du littoral du parc national de l'Î.-P.-É, fait l'objet d'un suivi. Auparavant, chaque année, des relevés des grandes colonies historiques étaient effectués, et un relevé exhaustif de tout le littoral du parc était achevé ȧ tous les cinq ans. Depuis 2010, chaque année, un relevé exhaustif est effectué le long du littoral du parc national de l'Î.-P.-É., après la saison de la reproduction. De nombreux observateurs procèdent au dénombrement des terriers de nidification d'hirondelles de rivage le long du littoral dans l'ensemble du parc national de l'Î.-P.-É.

Dernière mise à jour : 12 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., littoral, hirondelle de rivage, Riparia riparia, biodiversité, terriers de nidification
Fédérale

Les espèces exotiques envahissantes existantes, ainsi que le potentiel d'introduction de nouvelles espèces envahissantes, présentent une menace pour la biodiversité et les fonctions de la forêt. La mesure mixte (indice composite) des espèces envahissantes dans le parc national de l’Î.-P.-É. comprend deux mesures annuelles prises sur le terrain : le pourcentage (%) de l'écosystème forestier où des espèces envahissantes sont présentes (mesuré selon une proportion de quadrats d'une superficie de 244, 441 m2 couvrant l'écosystème forestier) et le pourcentage (%) de la superficie forestière totale (ha) où des espèces envahissantes sont présentes. Les quatre plantes envahissantes suivantes sont visées par cette mesure : l'alliaire officinale (Alliaria petiolata), le renouée du Japon (Polygonum cuspidatum), le pin sylvestre (Pinus sylvestris) et le nerprun bourdaine (Frangula alnus ), ainsi qu'une espèce d'insecte, la spongieuse (Lymantria dispar) dont on évalue uniquement la présence.

Dernière mise à jour : 24 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., espèces envahissantes, alliaire officinale, Alliaria petiolata, nerprun bourdaine, Frangula alnus, renouée du Japon, Polygonum cuspidatum, spongieuse
Date de modification :