Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Évapotranspiration potentielle moyenne sur 30 ans (mm)

Fédérale

L’indice de stress des cultures est le rapport entre l’évapotranspiration réelle (ETR) et

l’évapotranspiration potentielle (ETP), exprimé comme suit :

ISC = 1-(ETR/ETP)

L’ETR et l’ETP sont calculées à l’aide du modèle adaptatif du bilan hydrique des sols en utilisant les données sur les températures et les précipitations et un modèle d’échelle de temps biométéorologique propres aux cultures pour déterminer le stade de croissance (Robertson, 1968), ainsi que les coefficients relatifs au stade phénologique et à l’extraction d’eau propres aux cultures établis par Chipanshi et al, 2013. L’IDH varie entre 0 et 1, où une valeur de 1 indique un niveau de stress élevé.

L’indice de stress des cultures est défini pour chaque station climatologique en utilisant des précipitations et des températures mesurées.

Dernière mise à jour : 15 nov. 2021
Dossier publié : 1 juin 2018
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF ESRI REST
Mots clés:  Agriculture, Cultures
Fédérale

La carte montre les isolignes indiquant la quantité des précipitations annuelles ainsi que de l’évapotranspiration annuelle (en millimètres). L’eau est obtenue par précipitation, perdue par évapotranspiration ou par écoulement, et retenue par emmagasinage souterrain ou superficiel. Puisque les variations évaluées sur plusieurs années peuvent être négligées dans l’emmagasinage de l’eau pour une région particulière, la précipitation (P) est donc « équilibrée » par l’évapotranspiration (E) et par l’écoulement (N). En 1944, Thornthwaite a utilisé le bilan hydrique pour calculer l’évapotranspiration.

Dernière mise à jour : 22 févr. 2022
Dossier publié : 1 janv. 1978
Organisation: Ressources naturelles Canada
Formats: PDF JPG
Mots clés:  bilan hydrique, hydrologie, précipitation, évaporation, évapotranspiration
Fédérale

Le modèle adaptatif du bilan hydrique des sols (MABH) est continu et déterministe et a été élaboré par AAC. Il repose sur la prémisse que l’eau disponible pour la croissance des plantes est obtenue par les précipitations ou l’irrigation, et perdue par évapotranspiration et ruissellement, ainsi que par drainage latéral et profond. La perte ou le gain net quotidien est ajouté ou soustrait de l’eau déjà présente dans la zone d’enracinement. L’eau est prélevée simultanément, mais à des vitesses et des profondeurs de sol différentes, selon l’évapotranspiration potentielle, le stade de développement des cultures, les caractéristiques de libération d’eau de chaque couche de sol et l’eau disponible.

Dernière mise à jour : 27 juill. 2021
Dossier publié : 5 mai 2017
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF HTML ESRI REST TIFF
Mots clés:  humidité du sol, Terre agricole, Cultures, Agriculture, Température, Précipitation
Fédérale

Le but de cette évaluation était d’examiner la conception et la prestation  du Bureau des affaires internationales (BAI) pour le portefeuille de la Santé en tant que service partagé. L’évaluation portait sur les activités du BAI menées d’avril 2012 à septembre 2017.

Dernière mise à jour : 3 juin 2019
Dossier publié : 9 mai 2019
Organisation: Agence de la santé publique du Canada
Formats: PDF HTML
Mots clés:  Bureau des affaires internationales, BAI, Santé, politique stratégique, planification
Fédérale

L’écart par rapport à l’humidité normale du sol est la quantité modélisée d’eau disponible pour les plantes (en mm) dans la zone racinaire du sol, moins la quantité moyenne qui était disponible par le passé ce même jour. Cette valeur vise à fournir aux utilisateurs une représentation des conditions supérieures ou inférieures à la normale par la quantité d’eau (en mm). Les valeurs sont calculées à l’aide du modèle adaptatif du bilan hydrique des sols (MABH).

Dernière mise à jour : 4 mai 2022
Dossier publié : 5 mai 2017
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF HTML ESRI REST TIFF
Mots clés:  humidité du sol, agclimate, MABH, DNM, Terre agricole, Agriculture, Cultures, Température, Précipitation
Fédérale

L’humidité totale du sol est la quantité modélisée d’eau disponible pour les plantes (en mm) dans la zone racinaire du sol. La valeur donnée est la quantité calculée comme étant présente le jour modélisé du produit. Les valeurs sont calculées à l’aide du modèle adaptatif du bilan hydrique des sols (MABH).

Dernière mise à jour : 4 mai 2022
Dossier publié : 5 mai 2017
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF HTML ESRI REST TIFF
Mots clés:  humidité du sol, agclimate, MABH, TSM, Terre agricole, Cultures, Agriculture, Température, Précipitation
Fédérale

Le pourcentage d’humidité normale du sol est la quantité modélisée d’eau disponible pour les plantes (en mm) dans la zone racinaire du sol, divisée par la quantité moyenne qui était disponible par le passé ce même jour. Cette valeur vise à fournir aux utilisateurs une représentation des conditions supérieures ou inférieures à la normale en pourcentage. Les valeurs sont calculées à l’aide du modèle adaptatif du bilan hydrique des sols (MABH).

Dernière mise à jour : 4 mai 2022
Dossier publié : 5 mai 2017
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF HTML ESRI REST TIFF
Mots clés:  humidité du sol, agclimate, MABH, PNM, Terre agricole, Cultures, Agriculture, Température, Précipitation
Fédérale

L’indice normalisé précipitations moins évapotranspiration (INPE) est calculé à peu près de la même façon que l’INP. La principale différence est que l’INP évalue la variance des précipitations, tandis que l’INPE tient également compte de la demande de l’évapotranspiration, qui est soustraite de toute accumulation de précipitations avant l’évaluation. Contrairement à l’INP, l’INPE saisit l’impact principal de l’augmentation des températures sur la demande en eau.

Dernière mise à jour : 4 mai 2022
Dossier publié : 5 mai 2017
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: WMS PDF HTML ESRI REST GeoTIF
Mots clés:  SPEI, agclimat, Agriculture, Cultures, Terre agricole, Température, Précipitation
Fédérale

La série d’ensembles de données « Indicateur agroenvironnemental – Matière organique du sol » fournit des mesures relatives à la santé du sol ainsi qu’une estimation de la quantité de dioxyde de carbone (CO2) retirée de l’atmosphère par les plantes et séquestrée sous forme de carbone organique du sol (COS) dans les sols agricoles.

Dernière mise à jour : 3 mai 2022
Dossier publié : 18 janv. 2021
Organisation: Agriculture et Agroalimentaire Canada
Formats: PDF FGDB/GDB CSV
Mots clés:  Indices de conditions météorologiques extrêmes, IAE, Environnement, Sciences de la terre
Fédérale

Pour l'unité hydrogéologique, la quantité d'eau qui recharge l'eau souterraine sous la nappe phréatique, exprimée en mm/an. La recharge est généralement calculée à partir du bilan hydrologique, intégrant les précipitations, données hydrologiques, drainage, propriétés du sol, évapotranspiration et etc. Le résultat est un jeu de données raster dans lequel chaque cellule a une valeur de recharge. La recharge peut être calculée avec le logiciel HELP, développé par US EPA.

Dernière mise à jour : 25 sept. 2020
Dossier publié : 25 juill. 2014
Organisation: Ressources naturelles Canada
Formats: WMS PDF HTML
Mots clés:  Hydrogéologie, Taux de recharge, Eau souterraine
Date de modification :