Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Occupation des poissons de cours d’eau – Lacs Waterton - Eau douce

Fédérale

Les lacs et les étangs sont une caractéristique aquatique importante dans le parc national des Lacs Waterton. En raison de la topographie extrême, bon nombre de ces étendues d’eau étaient dépourvues de poissons avant l’ensemencement historique. Les pratiques d’ensemencement historiques ont grandement bouleversé les communautés de poissons. À bien des endroits, la présence d’espèces non indigènes met en péril les populations de poissons indigènes.

Dernière mise à jour : 12 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  indice des poissons de lac, truite indigène, truite non indigène, ensemencement historique, richesse, abondance, Alberta
Fédérale

L’appareil photo à détection de mouvement est un outil efficient et non invasif utilisé au parc national Lacs-Waterton pour échantillonner les populations de mammifères et estimer l’occurrence des espèces. La modélisation de l’occupation, établie grâce aux données de détection/non-détection obtenues des appareils photo, fournit un cadre utile et souple pour l’analyse des tendances des populations. Des données sont recueillies durant toute l’année un peu partout dans le parc national Lacs-Waterton afin de déceler les changements dans la répartition des principales populations animales, d’appuyer les prévisions démographiques et, par la même occasion, de mieux guider la gestion.

Dernière mise à jour : 12 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  présence de mammifères, espèces indigènes, cougar, lynx, grizzlis, renard roux, loup, loups, carcajou
Fédérale

Tant des espèces indigènes que des espèces non indigènes fréquentent les lacs et les étangs de l’ensemble du parc national Jasper. Avant les activités d’ensemencement, de nombreux lacs du parc national Jasper n’étaient pas fréquentés par les poissons ou possédaient une faible diversité de groupements de poissons. Les mesures d’ensemencement de poissons du passé ont modifié les communautés de poissons d’aujourd’hui. Les espèces de poissons non indigènes introduites peuvent supplanter certaines populations de poissons indigènes, et l’ensemencement de lacs naturels dépourvus de poissons dans le passé peut avoir des incidences sur leur réseaux trophique.

Dernière mise à jour : 12 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national Jasper, espèces indigènes, espèces non indigènes, espèces envahissantes, espèces introduites, poisson d'eau douce, présence d'espèces
Fédérale

Les espèces de mammifères non indigènes font l’objet d’un suivi annuel dans les aires essentielles à la protection des îles abritant des oiseaux de mer. Chaque année, des caméras actionnées par le mouvement sont installées durant 15 jours pour détecter tout changement relatif à la communauté de mammifères dans les sites clés. Les espèces non indigènes présentent la menace écologique la plus grande à Gwaii Haanas. Le cerf perturbe considérablement la végétation, tandis que les rats, les ratons laveurs et les écureuils ont des effets sur les espèces indigènes tant directement (prédation) qu’indirectement (concurrence).

Dernière mise à jour : 1 août 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Mammifères non indigènes, caméra actionnée par le mouvement, prédation, communautés de mammifères, menace écologique, Colombie-Britannique
Fédérale

Des plantes non indigènes ont envahi les habitats en basse altitude et ont perturbé physiquement des sites dans le parc national des Lacs Waterton (PNLW). Chaque année, Parcs Canada consacre des ressources substantielles à contrôler ou à éradiquer les plantes non indigènes les plus envahissantes et les plus tenaces. Un protocole de surveillance de la situation des plantes non indigènes a été élaboré pour détecter les changements dans l’abondance et la répartition des espèces végétales non indigènes dans les régions vulnérables du PNLW, et pour mieux comprendre la gravité des impacts des plantes non indigènes sur les communautés de plantes indigènes ainsi que les différences dans ces impacts. L’abondance relative (c. à d. le pourcentage de couvert) des plantes non indigènes envahissantes dans les régions de prairies de fétuques et de forêts parcs à trembles du PNLW est estimée à l’aide d’un échantillonnage aléatoire pondéré sur le plan spatial.

Dernière mise à jour : 16 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  plantes envahissantes non indigènes, pourcentage de couverture, abondance relative, échantillonnage aléatoire, analyse de puissance, Alberta
Fédérale

Les données proviennent d’un relevé de pêche électrique avec appareil dorsal. Elles portent sur l’ensemble des espèces capturées lors d’une sélection aléatoire de plans d’eau d’un bassin hydrographique donné. Les bassins hydrographiques de la Cascade, de la Panther et de la Spray ont été choisis à des fins d’échantillonnage au cours des automnes 2015, 2016 et 2017 respectivement. L’objectif consiste à répéter ces relevés à des intervalles de dix ans pour quantifier les changements survenus dans la répartition des poissons indigènes et non indigènes.

Dernière mise à jour : 25 sept. 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  parc national Banff, poisson, truite fardée, omble à tête plate, omble de fontaine, pêche électrique
Fédérale

L’indice EPT sert à mesurer la proportion d’organismes dulcicoles appartenant aux taxons suivants : Éphéméroptères, Plécoptères et Trichoptères (ou EPT pour abréger). Ces espèces, considérées comme hautement sensibles à la pollution, servent de mesures des conditions environnementales. Tout déclin important de ces espèces dans un cours d’eau pourrait indiquer qu’un polluant est entré dans l’écosystème. Des échantillons de cours d’eau sont prélevés dans des sites permanents selon un programme de suivi triennal.

Dernière mise à jour : 12 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Éphéméroptères, Plécoptères, Trichoptères, réseaux aquatiques, % EPT, réseau d’eau douce, Colombie-Britannique
Fédérale

Les amphibiens sont vulnérables à toute une gamme de changements environnementaux en raison de la perméabilité de leur peau, de leur cycle vital complexe et de leur dépendance à l’humidité des habitats terrestres ou des milieux humides. Ces caractéristiques en font d’excellents indicateurs de la santé des écosystèmes aquatiques. Les amphibiens peuvent faire ressortir des problèmes de pollution de l’air et de l’eau, de sécheresse, de perte et de fragmentation d’habitat, d’introduction d’espèces non indigènes comme des espèces de pêche sportive et des ouaouarons, et d’émergence et de propagation de maladies infectieuses. L’occupation des amphibiens est déterminée par des relevés auditifs et d’observation visuelle.

Dernière mise à jour : 12 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  présence d’amphibiens, rainette faux-grillon boréale, salamandre à longs doigts, grenouille maculée de Columbia, Alberta
Fédérale

Au Canada, seulement 2,1 % de l’écorégion de la forêt parc des contreforts bénéficie de la protection que confère un parc fédéral ou provincial. Le parc national des Lacs Waterton (PNLW) est le seul parc national où cette écorégion pittoresque et diversifiée sur le plan biologique est protégée. La rareté des feux de forêt et l’absence de broutage par le bison ont contribué à l’empiètement de la forêt de trembles et à l’homogénéisation de la prairie de fétuques. Cette région est également le site de la plus importante concentration de plantes non indigènes envahissantes et reçoit le plus grand nombre de visiteurs du parc (environ 95 %).

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  forêt parc des contreforts, prairie de fétuques, revégétalisation des terres perturbées, sol dénudé, litière, composition en espèces, densité des espèces indigènes, densité des espèces non indigènes, Alberta
Fédérale

Le pin à écorce blanche (Pinus albicaulis – inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril) et le pin flexible (Pinus flexilis – recommandé pour inscription comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) ont connu un important déclin de leur population dans une bonne parte de leur aire de répartition en raison d’un certain nombre de facteurs interreliés. Un pathogène introduit (la rouille vésiculeuse - Cronartium ribicola) et une infestation de plus en plus marquée par des coléoptères indigènes (dendroctone du pin pondérosa -Dendroctonus ponderosae), combinés à un régime de feux naturels réduit et à des changements dans le climat, ont tous contribué à leur déclin. Le taux de survie des semis plantés est une mesure de l’efficacité de la gestion, en partie, utilisée pour évaluer l’efficacité des mesures de rétablissement des espèces de pins à cinq aiguilles dans le parc national des Lacs Waterton.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin à écorce blanche, pin flexible, dendroctone du pin ponderosa, rouille vésiculeuse, restauration, taux d’établissement des semis, Alberta
Date de modification :