Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Plantes vasculaires envahissantes ‒ Pacific Rim

Fédérale

Les plantes exotiques envahissantes (comme la renouée du Japon et l’angélique sauvage), sont considérées comme un grave problème pour de nombreuses aires protégées. Le parc national Fundy fait rapport sur la présence des espèces envahissantes prioritaires dans des cellules de grille; la grille couvre toute la superficie du parc.

Dernière mise à jour : 6 juin 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  plantes exotiques envahissantes, alpiste roseau, renouée du Japon, angélique sauvage, Nouveau-Brunswick
Fédérale

Les espèces exotiques envahissantes existantes, ainsi que le potentiel d'introduction de nouvelles espèces envahissantes, présentent une menace pour la biodiversité et les fonctions de la forêt. La mesure mixte (indice composite) des espèces envahissantes dans le parc national de l’Î.-P.-É. comprend deux mesures annuelles prises sur le terrain : le pourcentage (%) de l'écosystème forestier où des espèces envahissantes sont présentes (mesuré selon une proportion de quadrats d'une superficie de 244, 441 m2 couvrant l'écosystème forestier) et le pourcentage (%) de la superficie forestière totale (ha) où des espèces envahissantes sont présentes. Les quatre plantes envahissantes suivantes sont visées par cette mesure : l'alliaire officinale (Alliaria petiolata), le renouée du Japon (Polygonum cuspidatum), le pin sylvestre (Pinus sylvestris) et le nerprun bourdaine (Frangula alnus ), ainsi qu'une espèce d'insecte, la spongieuse (Lymantria dispar) dont on évalue uniquement la présence.

Dernière mise à jour : 24 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de l’Î.-P.-É., espèces envahissantes, alliaire officinale, Alliaria petiolata, nerprun bourdaine, Frangula alnus, renouée du Japon, Polygonum cuspidatum, spongieuse
Fédérale

L’objectif principal de cette mesure consiste à surveiller comment le pourcentage de couverture des plantes exotiques, stresseurs de la biodiversité des plantes indigènes, se compare aux seuils prédéterminés et comment ces plantes changent au fil du temps, dans trois zones de gestion des plantes envahissantes (contrôle intégré, contrôle renforcé, préservation écologique). Des transects aléatoires permanents seront établis dans les trois zones de gestion, à proximité des vecteurs de dispersion connue (autoroutes, sentiers, terrains de camping, etc.). Le pourcentage de couverture de toutes les espèces non indigènes détectées sera consigné le long de chaque transect selon la méthode d’échantillonnage linéaire. Les données seront comparées aux données définies dans chaque zone de gestion des plantes exotiques envahissantes afin de déterminer l’état global des parcs.

Dernière mise à jour : 20 mars 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  espèces exotiques envahissantes, plantes envahissantes, zones de gestion des plantes, forêt, Colombie-Britannique
Fédérale

L’objectif principal de cette mesure consiste à surveiller comment le pourcentage de couverture des plantes exotiques, stresseurs de la biodiversité des plantes indigènes, se compare aux seuils prédéterminés et comment ces plantes changent au fil du temps, dans trois zones de gestion des plantes envahissantes (contrôle intégré, contrôle renforcé, préservation écologique). Des transects aléatoires permanents seront établis dans les trois zones de gestion, à proximité des vecteurs de dispersion connue (autoroutes, sentiers, terrains de camping, etc.). Le pourcentage de couverture de toutes les espèces non indigènes détectées sera consigné le long de chaque transect selon la méthode d’échantillonnage linéaire. Les données seront comparées aux données définies dans chaque zone de gestion des plantes exotiques envahissantes afin de déterminer l’état global des parcs.

Dernière mise à jour : 19 févr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  espèces exotiques envahissantes, plantes envahissantes, zones de gestion des plantes, forêt, Colombie-Britannique
Fédérale

Ce programme effectue la surveillance de la superficie occupée par trois espèces de plantes des rivages (dunes) qui sont soit en danger, l’abronie rose (Abronia umbellata), soit menacées, la gesse littorale (Lathyrus littoralis), aussi connue sous le nom de gesse des rivages ou d’une espèce en voie de disparition, l’abronie à feuilles larges (Abronia latifolia) et de son habitat obligatoire; le programme fait aussi la surveillance de l’habitat de la noctuelle de l’abronie (Copablepharon fuscum), un papillon de nuit. Le relevé est effectué annuellement à la fin d’août et au début de septembre et comprend un relevé complet des dunes et des avant-dunes Wickaninnish, jusqu’à la laisse de haute mer en utilisant un système RTK GPS (précision : 2,5 cm 2DRMS à 95 % de fiabilité). Pour prendre en compte le biais lié aux responsables du relevé (choix de la limite de la parcelle et estimations des dimensions de la parcelle) et les variations saisonnières, les polygones ont été échantillonnés de nouveau en utilisant une grille de carrés de 5 m, et le paramètre est la somme des cellules de grille occupées (zone d’occupation). Lorsque cela était faisable, le nombre d’individus était consigné.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Pacific Rim, RPN, plantes des dunes du littoral, habitat côtier des dunes de sable, relevé, zone d’occupation, abronie rose (Abronia umbellata), gesse littorale (Lathyrus littoralis), abronie à feuilles larges (Abronia latifolia)
Fédérale

Des plantes non indigènes ont envahi les habitats en basse altitude et ont perturbé physiquement des sites dans le parc national des Lacs Waterton (PNLW). Chaque année, Parcs Canada consacre des ressources substantielles à contrôler ou à éradiquer les plantes non indigènes les plus envahissantes et les plus tenaces. Un protocole de surveillance de la situation des plantes non indigènes a été élaboré pour détecter les changements dans l’abondance et la répartition des espèces végétales non indigènes dans les régions vulnérables du PNLW, et pour mieux comprendre la gravité des impacts des plantes non indigènes sur les communautés de plantes indigènes ainsi que les différences dans ces impacts. L’abondance relative (c. à d. le pourcentage de couvert) des plantes non indigènes envahissantes dans les régions de prairies de fétuques et de forêts parcs à trembles du PNLW est estimée à l’aide d’un échantillonnage aléatoire pondéré sur le plan spatial.

Dernière mise à jour : 16 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  plantes envahissantes non indigènes, pourcentage de couverture, abondance relative, échantillonnage aléatoire, analyse de puissance, Alberta
Fédérale

Chaque année, en mai et en juin, le personnel du parc surveille les plantes envahissantes des milieux humides aux sites de surveillance des marais (huit parcelles par année). Dans chaque milieu humide, deux quadrats de 1 m sur 1 m et disposés à 2 m de distance l’un de l’autre sont échantillonnés le long de trois transects situés à 5 m et 15 m dans des zones de prairie mouillée et des zones de végétation émergente et submergée. Le couvert en pourcentage est enregistré dans chaque quadrat pour 10 espèces de plantes exotiques envahissantes, notamment le roseau commun européen, l’hydrocharis grenouillère et la salicaire pourpre.

Dernière mise à jour : 26 mars 2020
Dossier publié : 17 sept. 2019
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Espèces envahissantes, Phragmites australis, Hydrocharis grenouillère, Salicaire pourpre, Couvert en pourcentage, Plantes exotiques, Mille-Îles, Ontario
Fédérale

Les plantes envahissantes peuvent réduire la biodiversité et compromettre la fonction écosystémique en supplantant les espèces indigènes, en altérant le cycle des nutriments, en déstabilisant le sol et en causant de l’érosion, entre autres impacts. La prévention de la colonisation par des mauvaises herbes envahissantes est réalisée par la restauration précoce et par une réduction de la perturbation, ce qui procure dans les deux cas un avantage aux espèces indigènes, celles ci pouvant alors mieux résister aux invasions futures par des espèces non indigènes. Le parc national Jasper surveille les espèces exotiques et adopte des mesures de lutte contre ces espèces lorsqu’elles menacent les habitats et les écosystèmes vulnérables du parc.

Dernière mise à jour : 26 juill. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national Jasper, plantes envahissantes
Provinciale

Cette thématique présente les observations des espèces exotiques envahissantes (EEE) transmises et validées à l'aide de l'outil Sentinelle, un système de détection des EEE. Une espèce exotique envahissante est un végétal, un animal ou un micro-organisme (virus, bactérie ou champignon) qui est introduit hors de son aire de répartition naturelle. Son établissement ou sa propagation peuvent constituer une menace pour l’environnement, l’économie ou la société. Les espèces répertoriées sont des espèces de la faune et de la flore préoccupantes (ou potentiellement préoccupantes) pour la biodiversité du Québec.

Dernière mise à jour : 8 juill. 2022
Dossier publié : 5 févr. 2019
Organisation: Gouvernement et municipalités du Québec
Formats: FGDB/GDB GEOJSON GPKG HTML PDF other ESRI REST
Mots clés:  Espèces exotiques envahissantes, Sentinelle, Information gouvernementale
Fédérale

Au Canada, seulement 2,1 % de l’écorégion de la forêt parc des contreforts bénéficie de la protection que confère un parc fédéral ou provincial. Le parc national des Lacs Waterton (PNLW) est le seul parc national où cette écorégion pittoresque et diversifiée sur le plan biologique est protégée. La rareté des feux de forêt et l’absence de broutage par le bison ont contribué à l’empiètement de la forêt de trembles et à l’homogénéisation de la prairie de fétuques. Cette région est également le site de la plus importante concentration de plantes non indigènes envahissantes.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  forêt parc des contreforts, prairie de fétuques, plantes non indigènes envahissantes, pourcentage de couvert foliaire, couvert de plantes envahissantes, Alberta
Date de modification :