Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Restauration du pin à écorce blanche - Jasper

Fédérale

Le pin à écorce blanche est considéré comme une « espèce clé » dans les parcs nationaux des montagnes, car il joue plusieurs rôles écologiques importants aux endroits où il est présent en milieu subalpin. Sa survie est menacée par les effets combinés de l’extinction des feux, du changement climatique, des infestations par le dendroctone du pin ponderosa et d’une maladie connue sous le nom de rouille vésiculeuse du pin blanc. En 2015, le personnel responsable des végétaux a récolté les cônes de sept pins à écorce blanche prétendument résistants à la rouille dans le secteur des collines Bald du parc national des Glaciers. Les graines de ces arbres ont été envoyées à une pépinière aux fins d’extraction, de stratification, de germination et de croissance jusqu’à l’obtention de semis.

Dernière mise à jour : 3 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin blanc, espèces clés, Colombie-Britannique
Fédérale

La rouille vésiculeuse du pin à écorce blanche (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin à écorce blanche, Pinus albicaulis, rouille vésiculeuse, Cronartium ribicola, espèces non indigènes, espèces envahissantes, espèces introduites, maladie
Fédérale

La rouille vésiculeuse du pin à écorce blanche (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin à écorce blanche, Pinus albicaulis, rouille vésiculeuse, Cronartium ribicola, espèces non indigènes, espèces envahissantes, espèces introduites, maladie
Fédérale

La rouille vésiculeuse du pin à écorce blanche (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes.

Dernière mise à jour : 21 avr. 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin blanc, rouille vésiculeuse du pin blanc, pathogène, espèces clés, Colombie-Britannique
Fédérale

Le pin à écorce blanche (Pinus albicaulis – inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril) et le pin flexible (Pinus flexilis – recommandé pour inscription comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) ont connu un important déclin de leur population dans une bonne parte de leur aire de répartition en raison d’un certain nombre de facteurs interreliés. Un pathogène introduit (la rouille vésiculeuse - Cronartium ribicola) et une infestation de plus en plus marquée par des coléoptères indigènes (dendroctone du pin pondérosa -Dendroctonus ponderosae), combinés à un régime de feux naturels réduit et à des changements dans le climat, ont tous contribué à leur déclin. Les mesures de rétablissement sont celles entreprises pour améliorer les conditions de croissance des semis résistants à la rouille en ouvrant la canopée à des endroits ciblés pour une éventuelle plantation. Au parc national des Lacs Waterton, les mesures de restauration consistent principalement en des brûlages dirigés de faible étendue conçus pour imiter les effets des feux déclenchés naturellement par la foudre.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin à écorce blanche, pin flexible, dendroctone du pin ponderosa, rouille vésiculeuse, restauration, brûlages dirigés, semis résistants à la rouille, Alberta
Fédérale

Le pin à écorce blanche est considéré comme une « espèce clé » dans les parcs nationaux des montagnes, car il joue plusieurs rôles écologiques importants aux endroits où il est présent en milieu subalpin. Sa survie est menacée par les effets combinés de l’extinction des feux, du changement climatique, des infestations par le dendroctone du pin ponderosa et d’une maladie connue sous le nom de rouille vésiculeuse du pin blanc. En 2014, 495 semis de pin à écorce blanche ont été plantés dans des brûlis et à proximité dans le parc national des Glaciers. Les principaux objectifs du programme de surveillance consistent à évaluer la santé et le taux de survie des semis ainsi qu’à noter tout indice d’une infection par la rouille vésiculeuse.

Dernière mise à jour : 3 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin blanc, espèces clés, Colombie-Britannique
Fédérale

La rouille vésiculeuse du pin à écorce blanche (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin à écorce blanche, pin flexible, rouille vésiculeuse du pin blanc, dendroctone du pin ponderosa, densité du peuplement, taux d’infection des arbres, semis résistants plantés, Alberta
Fédérale

Le pin à écorce blanche est considéré comme une « espèce clé » dans les parcs nationaux des montagnes, car il joue plusieurs rôles écologiques importants aux endroits où il est présent en milieu subalpin. Sa survie est menacée par les effets combinés de l’extinction des feux, du changement climatique, des infestations par le dendroctone du pin ponderosa et d’une maladie connue sous le nom de rouille vésiculeuse du pin blanc. Un protocole d’évaluation des peuplements de 100 arbres est un moyen courant d’évaluation du taux d’infection par la rouille vésiculeuse dans les peuplements. Cette information est importante parce que les arbres sains dans les peuplements gravement infectés ont potentiellement une probabilité de résistance plus élevée.

Dernière mise à jour : 3 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  pin blanc, espèces clés, Colombie-Britannique
Fédérale

La rouille vésiculeuse du pin à écorce blanche (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Le parc national Banff, pin à écorce blanche, Pinus albicaulis, rouille vésiculeuse, Cronartium ribicola, espèces non indigènes, espèces envahissantes, espèces introduites, maladie
Fédérale

La rouille vésiculeuse (Cronartium ribicola) est un agent pathogène introduit qui s’attaque au pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) et au pin flexible (Pinus flexilis). Le pin blanc à écorce blanche est une espèce en voie de disparition et protégée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral, et le pin flexible a été désigné comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les taux d’infection et de mortalité de ces espèces augmentent dans leur aire de répartition nordique. À tous les cinq ans, des données sont recueillies dans des parcelles permanentes marquées pour faire le suivi des taux d’infection dans l’ensemble des parcs nationaux des montagnes et dans des emplacements désignés à travers les provinces.

Dernière mise à jour : 8 mars 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national Jasper, pin à écorce blanche, Pinus albicaulis, rouille vésiculeuse, Cronartium ribicola, espèces non indigènes, espèces envahissantes, espèces introduites, maladie
Date de modification :