Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Corridors fauniques hivernaux – Parc national Banff

Fédérale

Cette mesure repose sur les données de pistage dans la neige recueillies dans transects. Les tendances touchent principalement les carnivores furtifs (couguar, lynx du Canada, loup et carcajou) sur des transects situés dans un rayon de 5 km du lotissement urbain. Les données recueillies comprennent le lieu, les espèces présentes, le nombre d’animaux, le nombre des heurs depuis la dernière neige et l’épaisseur de la neige.

Dernière mise à jour : 2 juin 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  faune, pistage dans la neige, loup, couguar, lynx du Canada, carcajou, parc national Banff
Fédérale

Cette mesure repose sur les données de pistage dans la neige recueillies dans transects. Les tendances touchent principalement les carnivores furtifs (couguar, lynx du Canada, loup et carcajou) sur des transects situés dans un rayon de 5 km du lotissement urbain. Les données recueillies comprennent le lieu, les espèces présentes, le nombre d’animaux, le nombre des heurs depuis la dernière neige et l’épaisseur de la neige.

Dernière mise à jour : 31 mai 2022
Dossier publié : 10 févr. 2021
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  faune, pistage dans la neige, loup, couguar, lynx du Canada, carcajou, parc national Kootenay
Fédérale

Le parc national Banff surveille les plantes exotiques envahissantes en délimitant des transects en bande permanents stratifiés au hasard dans la zone alpine. Le personnel consigne la fréquence de l’occurrence de toutes les espèces non indigènes détectées le long d’un transect en bande.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  espèces exotiques envahissantes, plantes envahissantes, zones de gestion des plantes, forêt, toundra, parc national Banff
Fédérale

Le parc national Banff surveille les plantes exotiques envahissantes à l’aide de transects permanents, aléatoires et stratifiés, établis dans chacune des trois zones de gestion, à grande proximité des vecteurs de propagation (routes, sentiers, terrains de camping, etc.). Le pourcentage de couvert de toutes les espèces non indigènes détectées est consigné le long de chaque transect au moyen d’un échantillonnage linéaire.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  espèces exotiques envahissantes, plantes envahissantes, zones de gestion des plantes, forêt, parc national Banff
Fédérale

Données sur la mortalité faunique causée par des trains et des véhicules et sur la destruction à des fins de gestion de la faune pour le parc national Banff, de 2005 à 2017. Voici les données enregistrées par espèce pour chaque mortalité : date, lieu, dénombrement, âge, sexe et cause.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national Banff, collisions animaux-véhicules, mortalité faunique d’origine ferroviaire, destruction à des fins de gestion de la faune
Fédérale

Données tirées des recensements aériens annuels des chèvres de montagne (Oreamnos americanus) pour le secteur de Lake Louise, dans le parc national Banff, de 2002 à 2017. Ces recensements, qui ont débuté en 2002, visent à surveiller les tendances au chapitre de l’abondance relative. Le transect délimité pour les recensements aériens s’étend d’un point situé juste au nord-ouest de Lake Louise, près du lac Ross, à un point situé juste au sud-est du lac Taylor. Les recensements sont réalisés tous les ans depuis 2006, et deux recensements supplémentaires ont été effectués en 2002 et en 2003.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  chèvres de montagne, recensement aérien en hélicoptère, Lake Louise, parc national Banff, abondance relative
Fédérale

Les oiseaux sont les vertébrés les plus diversifiés et constituent un important indicateur de la santé d’un écosystème. Les grandes aires protégées comme le Parc national Banff procurent un habitat important pour tout un éventail d’espèces d’oiseaux. Les données recueillies peuvent fournir toute une panoplie d’indices écologiques; par exemple, certaines données servent à évaluer les effets de l’utilisation du territoire et du changement climatique. Des données sont recueillies chaque année à ces endroits à l’aide d’enregistreurs audio afin de déceler des indices sur les tendances en matière de diversité et d’occupation et ainsi de guider les activités de gestion.

Dernière mise à jour : 5 mai 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  abondance de la faune aviaire, paysage sonore, oiseaux, parulines, viréos, bruants, espèces menacées, moucherolle à côtés olive, Cordillère montagnarde
Fédérale

Les données sur les taux d’occupation des espèces sauvages sont recueillies de sept transects de pistes hivernales, où la présence ou l’absence de pistes pour chaque espèce sont enregistrées tous les 100 m. Les pistes peuvent s’accumuler au moins 48 heures une fois les transects établis par une chute de neige ou une motoneige tirant un traîneau. La surveillance des transects est faite en motoneige trois fois par hiver (en fonction des conditions d’enneigement). Les mammifères terrestres sont importants pour la biodiversité de la forêt boréale, et la surveillance des changements dans l’abondance relative et la répartition de ces mammifères peut donner une idée des changements de l’intégrité globale de l’écosystème.

Dernière mise à jour : 25 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de Prince Albert, Saskatchewan, forêt, prairie, boréal, bison des plaines, caribou des bois, coyote, cerf
Fédérale

Le parc national Wapusk (PNW) assure la protection d’un vaste territoire de marais salés côtiers, d’innombrables étangs et d’une diversité d’habitats à l’interface boréal-toundra, et sert de halte pour les oiseaux migrateurs, notamment la petite oie des neiges. Au cours des dernières décennies, les populations de petites oies des neiges ont augmenté de façon exponentielle en raison de multiples facteurs, et l’oiseau est maintenant considéré comme étant hyper abondant. Le broutage par la petite oie des neiges perturbe et dénude de grands espaces, ce qui modifie la végétation, les sols et les étangs et nuit à l’intégrité écologique des écosystèmes terrestres et aquatiques du parc. Pour évaluer l’étendue des effets des oies sur la végétation, des transects de grande échelle spatiale ont été créés en combinant des sites de surveillance du projet de la baie d’Hudson, dirigé par Robert Rockwell (Ph.

Dernière mise à jour : 7 sept. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Petite oie des neiges, parc national Wapusk, dommages causés par les oies, date d’éclosion moyenne, dégradation de l’habitat, végétation, surveillance de l’intégrité écologique, évaluation rapide de la végétation, projet de la baie d’Hudson
Fédérale

Nous avons effectué des relevés de quatre espèces d’amphibiens indigènes dans les milieux humides de la partie est du parc national Banff. Ce jeu de données fournit des indications sur la détection ou la non-détection de chacune des quatre espèces. Nous avons réalisé des relevés auditifs et visuels dans 60 lieux de reproduction prédéterminés. Chaque lieu a été soumis à deux relevés pendant la période d’échantillonnage, entre la mi-avril et la fin mai.

Dernière mise à jour : 4 mai 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  présence d’amphibiens, salamandre à longs doigts, Ambystoma macrodactylum, crapaud boréal/crapaud de l’Ouest, Anaxyrus boreas, grenouille maculée de Columbia, Rana luteiventris, grenouille des bois, Rana sylvatica
Date de modification :