Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Corridors fauniques hivernaux – Yoho

Fédérale

Cette mesure repose sur les données de pistage dans la neige recueillies dans transects. Les tendances touchent principalement les carnivores furtifs (couguar, lynx du Canada, loup et carcajou) sur des transects situés dans un rayon de 5 km du lotissement urbain. Les données recueillies comprennent le lieu, les espèces présentes, le nombre d’animaux, le nombre des heurs depuis la dernière neige et l’épaisseur de la neige.

Dernière mise à jour : 31 mai 2022
Dossier publié : 10 févr. 2021
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  faune, pistage dans la neige, loup, couguar, lynx du Canada, carcajou, parc national Kootenay
Fédérale

Cette mesure repose sur les données de pistage dans la neige recueillies dans 25 transects de la vallée de la Bow. La plupart des transects se trouvent dans des corridors de déplacement adjacents au lotissement urbain de Banff, mais plusieurs transects de référence sont situés ailleurs dans la vallée de la Bow. Les tendances touchent principalement les carnivores furtifs (couguar, lynx du Canada, loup et carcajou) sur des transects situés dans un rayon de 5 km du lotissement urbain. Les données recueillies comprennent le lieu, les espèces présentes, le nombre d’animaux, le nombre de jours depuis la dernière neige et l’épaisseur de la neige.

Dernière mise à jour : 2 juin 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  faune, pistage dans la neige, loup, couguar, lynx du Canada, carcajou, parc national Banff
Fédérale

Les données sur les taux d’occupation des espèces sauvages sont recueillies de sept transects de pistes hivernales, où la présence ou l’absence de pistes pour chaque espèce sont enregistrées tous les 100 m. Les pistes peuvent s’accumuler au moins 48 heures une fois les transects établis par une chute de neige ou une motoneige tirant un traîneau. La surveillance des transects est faite en motoneige trois fois par hiver (en fonction des conditions d’enneigement). Les mammifères terrestres sont importants pour la biodiversité de la forêt boréale, et la surveillance des changements dans l’abondance relative et la répartition de ces mammifères peut donner une idée des changements de l’intégrité globale de l’écosystème.

Dernière mise à jour : 25 mars 2020
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national de Prince Albert, Saskatchewan, forêt, prairie, boréal, bison des plaines, caribou des bois, coyote, cerf
Fédérale

Le parc national Wapusk (PNW) assure la protection d’un vaste territoire de marais salés côtiers, d’innombrables étangs et d’une diversité d’habitats à l’interface boréal-toundra, et sert de halte pour les oiseaux migrateurs, notamment la petite oie des neiges. Au cours des dernières décennies, les populations de petites oies des neiges ont augmenté de façon exponentielle en raison de multiples facteurs, et l’oiseau est maintenant considéré comme étant hyper abondant. Le broutage par la petite oie des neiges perturbe et dénude de grands espaces, ce qui modifie la végétation, les sols et les étangs et nuit à l’intégrité écologique des écosystèmes terrestres et aquatiques du parc. Pour évaluer l’étendue des effets des oies sur la végétation, des transects de grande échelle spatiale ont été créés en combinant des sites de surveillance du projet de la baie d’Hudson, dirigé par Robert Rockwell (Ph.

Dernière mise à jour : 7 sept. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Petite oie des neiges, parc national Wapusk, dommages causés par les oies, date d’éclosion moyenne, dégradation de l’habitat, végétation, surveillance de l’intégrité écologique, évaluation rapide de la végétation, projet de la baie d’Hudson
Fédérale

Le parc national Wapusk est une aire protégée de la région subarctique recouverte de neige plus de la moitié de l’année. Les caractéristiques du couvert nival peuvent donner d’importants indices sur les répercussions des changements climatiques et sur l’intégrité écologique du parc. La durée et les caractéristiques de la couverture de neige ont un effet sur le sol, les végétaux et les animaux de l’écosystème. Les prévisions actuelles concernant Wapusk indiquent qu’avec la hausse des températures, la quantité de neige dans la région de la baie d’Hudson augmentera, mais qu’elle restera moins longtemps en place.

Dernière mise à jour : 6 juin 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  microclimat, couvert nival, stations météorologiques, à l’année, profondeur de la neige, pluie, vitesse du vent, direction du vent, température de l’air
Fédérale

L’appareil photo à détection de mouvement est un outil efficient et non invasif utilisé au parc national Yoho pour échantillonner les populations de mammifères et estimer l’occurrence des espèces. La modélisation de l’occupation, établie grâce aux données de détection/non-détection obtenues des appareils photo, fournit un cadre utile et souple pour l’analyse des tendances des populations. Des données sont recueillies durant toute l’année un peu partout dans le parc national Yoho afin de déceler les changements dans la répartition des principales populations animales, d’appuyer les prévisions démographiques et, par la même occasion, de mieux guider la gestion.

Dernière mise à jour : 15 avr. 2022
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  appareil photo à détection de mouvement, piège photographique. caméras-pièges, population de mammifères, espèces
Fédérale

Les oiseaux adaptés aux écosystèmes alpins sont souvent sensibles aux changements dans l’habitat et le climat en raison de leur spécialisation en matière de niche. Par exemple, les oiseaux adaptés pour se reproduire en milieu alpin froid risquent de se faire supplanter par des espèces plus généralistes advenant des conditions plus chaudes. Des données sont recueillies chaque année à ces endroits à l’aide d’enregistreurs audio afin de déceler des indices sur les tendances en matière de diversité et d’occupation et ainsi de guider les activités de gestion.

Dernière mise à jour : 15 avr. 2022
Dossier publié : 17 sept. 2019
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Parc national Yoho, oiseaux, écosystème alpin
Fédérale

Les données sur la diversité des macro-invertébrés benthiques, l’hydrologie des cours d’eau, la chimie de l’eau, le climat, la géologie et la couverture terrestre sont recueillies au moyen d’un protocole normalisé pour l’évaluation de la condition des cours d’eau. La portée générale ou le but de cette mesure est l’utilisation d’un modèle fondé sur l’approche des conditions de référence et capable d’évaluer l’intégrité écologique des ruisseaux et des rivières dans huit parcs nationaux des montagnes de l’Ouest du Canada. Des sites sélectionnés au hasard dans l’ensemble des unités de gestion servent à établir les tendances à grande échelle et la condition générale des ruisseaux et des rivières. Le RCBA sert aussi à surveiller les sites touchés par les aires d’utilisation par les humains; les sites sauvages font l’objet d’un suivi à long terme pour en déterminer la variation naturelle.

Dernière mise à jour : 21 sept. 2019
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  invertébrés benthiques, habitat, ruisseau, rivière, aquatique, eau douce, intégrité écologique, conditions de référence, état de l'environnement
Fédérale

Le parc national Yoho surveille les plantes exotiques envahissantes en délimitant des transects en bande permanents stratifiés au hasard dans la zone alpine. Le personnel consigne la fréquence de l’occurrence de toutes les espèces non indigènes détectées le long d’un transect en bande.

Dernière mise à jour : 21 sept. 2019
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Végétation non indigène, plantes exotiques envahissantes, transects permanents, en délimitant des transects, en bande permanents stratifiés au hasard dans la zone alpine, Colombie?Britannique
Fédérale

Le parc national Banff surveille les plantes exotiques envahissantes en délimitant des transects en bande permanents stratifiés au hasard dans la zone alpine. Le personnel consigne la fréquence de l’occurrence de toutes les espèces non indigènes détectées le long d’un transect en bande.

Dernière mise à jour : 6 avr. 2018
Dossier publié : 1 oct. 2017
Organisation: Parcs Canada
Formats: CSV
Mots clés:  espèces exotiques envahissantes, plantes envahissantes, zones de gestion des plantes, forêt, toundra, parc national Banff
Date de modification :