Portail du gouvernement ouvert

10 dossiers trouvés similaries à Transformation des polluants, surveillance des polluants au sol au moyen de plusieurs paramètres - données préliminaires - Fort McKay, région des sables bitumineux

Fédérale

Surveillance à long terme des polluants atmosphériques et des conditions météorologiques au site Oski-ôtin de Fort McKay : Données validées

La surveillance continue et intégrée de multiples polluants atmosphériques et des conditions météorologiques a commencé à Fort McKay, au site d’Oski-ôtin, en août 2013. Par la surveillance renforcée au site d’Oski-ôtin, on vise à obtenir un portrait plus clair du mélange, du transport et du sort des polluants atmosphériques produits par les différentes activités liées aux sables bitumineux. Par rapport à la surveillance préexistante à Fort McKay et dans l’ensemble de la région, menée par la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA), la surveillance au site d’Oski-ôtin a permis d’obtenir des mesures pour un grand nombre de polluants à l’aide d’appareils de qualité contrôlée pour la recherche conçus pour être plus précis à de faibles concentrations. Les appareils installés au site mesurent aussi les polluants, les vents et la température à de multiples hauteurs au-dessus du sol.

Dernière mise à jour : 30 juill. 2021
Dossier publié : 16 oct. 2014
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: HTML
Mots clés:  Air ambiant, ozone, gaz acides, dioxyde de soufre, composition des particules de masse, composition des matières particulaires, RCEPA, cartouches filtrantes, composés aromatiques polycycliques
Fédérale

Des mesures de la profondeur optique des aérosols (AOD− Aerosol Optical Depth) sont effectuées au moyen d’héliophotomètres dans la région des sables bitumineux (au site Oski ôtin de Fort McKay et à Fort McMurray). La profondeur optique des aérosols (AOD) est une mesure du degré de la présence d’aérosols dans l’atmosphère qui absorbent ou diffusent la lumière du soleil, depuis le sol jusqu’à la couche supérieure de l’atmosphère. Ces particules solides ou liquides minuscules peuvent provenir de sources naturelles ou anthropiques y compris la poussière, le sel de mer, la fumée ou les polluants. Des mesures de la profondeur optique des aérosols sont prises dans la région des sables bitumineux et peuvent être comparées à des données recueillies à d’autres emplacements du Canada à l’aide du Réseau canadien de mesure des aérosols au moyen de la robotique (AEROCAN) − AErosol RObotic CANadian Network, comme à Kelowna, en Colombie Britannique; à Lethbridge, en Alberta; au lac Bratt et à Waskesiu, en Saskatchewan et à Yellowknife, dans les Territoires du Nord Ouest.

Dernière mise à jour : 21 juill. 2019
Dossier publié : 7 mai 2014
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Air ambiant, sables bitumineux, aérosols, satellite, télédétection, modélisation, épaisseur optique des aérosols au sol, Sables bitumineux, Qualité de l'air
Fédérale

Du 10 août au 10 septembre 2013, le suivi au sol a considérablement augmenté au site de Fort McKay Sud (AMS-13) pour mesurer les propriétés supplémentaires des polluants atmosphériques et des conditions météorologiques au-delà des données qui étaient disponibles à partir de la surveillance de la qualité de l’air à long terme établie dans la région. Cette étude sur la surveillance de la qualité de l’air, entreprise parallèlement aux mesures prises à partir d’un aéronef en vol au-dessus et en aval des sables bitumineux, était destinée à donner une meilleure idée du mélange de polluants atmosphériques produits à partir de différentes activités liées aux sables bitumineux et de la manière dont ils réagissent et sont transportés dans l’atmosphère. Ces données sont utilisées pour améliorer la capacité des modèles de qualité de l’air afin de déterminer les niveaux de polluants atmosphériques actuels et futurs et les quantités de dépôts atmosphériques de polluants au-dessus et en aval de la région des sables bitumineux. On a observé des périodes de concentrations élevées de polluants; toutefois, aucune ne dépassait les normes fédérales et provinciales de courte durée (par heure, sur 8 heures ou sur 24 heures).

Dernière mise à jour : 21 févr. 2019
Dossier publié : 13 mai 2016
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Air ambiant, ozone, mercure gazeux total, dioxyde de soufre, composition des particules, matières particulaires (MP), composition des matières particulaires, composés aromatiques polycycliques, sables bitumineux
Fédérale

Des mesures du mercure élémentaire gazeux (MEG), du mercure oxydé gazeux (MOG) et du mercure particulaire lié à des PM2,5 sont actuellement recueillies par Environnement et Changement climatique Canada à une station de surveillance de la pollution atmosphérique (SSPA) de la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA). Des données préliminaires basées sur les concentrations moyennes sur trois heures d’espèces chimiques de mercure provenant de la région des sables bitumineux sont disponibles pour la SSPA 13 de la WBEA – Fort McKay Sud, située près de Fort McKay, en Alberta. Concernant les mesures sur les espèces chimiques de mercure, il n’existe aucune recommandation sur la qualité de l’air formulée par Environnement et Changement climatique Canada et le CCME, ni d’objectifs de qualité de l’air ambiant de l’Alberta. La surveillance respecte les procédures normalisées d’exploitation établies du Réseau canadien d’échantillonnage des précipitations et de l’air (RCEPA).

Dernière mise à jour : 23 févr. 2022
Dossier publié : 20 oct. 2017
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: HTML
Mots clés:  Air ambiant, mercure atmosphérique différencié par espèce, la composition des particules, matière particulaire, la composition de matière particulaire, RCEPA, échantillonnage actif, sables bitumineux, matière particulaire fine
Fédérale

Les émissions atmosphériques issues de l'exploitation des sables bitumineux peuvent provenir de plusieurs sources, notamment des cheminées industrielles, des bassins de résidus, des transports et de la poussière émise par les activités minières. Aux termes du Plan de mise en œuvre Canada et de l’Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux, la surveillance de la qualité de l’air est conçue afin de déterminer les effets des émissions provenant des activités d'exploitation des sables bitumineux sur la qualité de l'air à l'échelle locale et régionale et les dépôts atmosphériques actuels et futurs. Les données pour la qualité l'air ambiant comprennent:

– Cartouches filtrantes (concentrations intégrées sur 24 heures de SO2-4, NO-3, Cl-, NH+4, Ca2+, Mg2+, Na+, K+ liés aux particules et de SO2 et HNO3 gazeux recueillies quotidiennement par le Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air)

  • Mercure gazeux total (rapports horaires de mélange mesurés par le Réseau canadien de surveillance des précipitations et de l’air et la région des Prairies et du Nord)

  • Mercure (Hg) atmosphérique différencié par espèce (concentrations moyennes sur deux heures de mercure élémentaire gazeux, de mercure gazeux réactif et de mercure sous forme de MP2,5 [mercure particulaire total]

  • Ensemble complet de mesures recueillies à partir d'un aéronef (différentes résolutions temporelles) recueillies à partir de l'aéronef couvrent une région de 140,000 km2 au-dessus de la région des sables bitumineux près de Fort McMurray

  • Ensemble complet de mesures recuellies au site de surveillance Fort McKay Oski-ôtin

  • Ozone (rapports horaires de mélange mesurés par le Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air)

  • Profils verticaux de l’ozone (rapports de mélange de l’ozone en fonction de la hauteur mesurée par le réseau canadien ozonesonde)

  • Épaisseur optique des aérosols (mesure du degré auquel la présence d'aérosols dans l'atmosphère empêche la transmission de la lumière, à partir du sol vers le sommet de l'atmosphère); cette mesure est utilisée dans le cadre du réseau AErosol RObotic CANadian (AEROCAN)

  • Ces données satellitaires présentent une résolution spatiale relativement élevée au-dessus de la région des sables bitumineux pour produire des images et des fichiers de données géoréférencées sur la « densité de la colonne verticale » (ce qui correspond à la concentration à la surface) de dioxyde d'azote (NO2) et de dioxyde de soufre (SO2)

Dernière mise à jour : 20 mai 2022
Dossier publié : 7 mai 2014
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: WMS HTML ESRI REST
Mots clés:  Air - qualité, Fournir des services et des produits d'information sur la qualité de l'air et du rayonnement UV, Surveiller les paramètres de qualité de l'air et du rayonnement UV et en faire la gestion des données, Prairies - Alberta (AB), Qualité de l'air, Sables bitumineux
Fédérale

Sites de l’écosystème, composés organiques volatils – Données préliminaires, région des sables bitumineux
Des données relatives aux composés organiques volatils (COV) sont actuellement recueillies par Environnement et Changement climatique Canada à une station de surveillance de la pollution atmosphérique (SSPA) de la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA). Des données brutes, basées sur les concentrations horaires moyennes en temps quasi réel relatives aux COV provenant de la région des sables bitumineux sont disponibles pour la SSPA 25 de la WBEA – Waskow Ohci Pimatisiwin, située à Fort McKay, en Alberta, à partir du 27 septembre 2017. Avant cette date, l’instrument mesurait les COV à la SSPA 1 de la WBEA – Bertha Ganter, située également à Fort McKay, en Alberta. Les COV actuellement mesurés à la SSPA 25 sont le benzène, le toluène, l’éthylbenzène, les m,p-xylènes, l’o xylène, le styrène, le n-hexane, le n-heptane, le n-octane, le 2 méthylpentane et le méthylcyclohexane.

Dernière mise à jour : 21 juill. 2019
Dossier publié : 20 oct. 2017
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: HTML
Mots clés:  Air ambiant, échantillonnage actif, sables bitumineux, composés organiques volatils, COV, gaz à l'état de traces, l’objectif de l’Alberta en matière de qualité de l’air ambiant, Fort McKay, Sables bitumineux
Fédérale

Des données relatives au mercure gazeux total (MGT) sont actuellement recueillies par Environnement et Changement climatique Canada à deux stations de surveillance de la pollution atmosphérique (SSPA) de la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA). Des données préliminaires basées sur les concentrations moyennes horaires de MGT provenant de la région des sables bitumineux sont disponibles pour les stations suivantes : SSPA 6 de la WBEA – Patricia McInnes, située à Fort McMurray, en Alberta, et SSPA 13 de la WBEA – Fort McKay Sud, située près de Fort McKay, en Alberta. Dans le cas du MGT, il n’existe aucune recommandation sur la qualité de l’air formulée par Environnement et Changement climatique Canada et le Conseil canadien des ministres de l’environnement (CCME), ni d’objectifs de qualité de l’air ambiant de l’Alberta. La surveillance respecte les procédures normalisées d’exploitation établies du Réseau canadien d’échantillonnage des précipitations et de l’air (RCEPA).

Dernière mise à jour : 23 févr. 2022
Dossier publié : 20 oct. 2017
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: HTML
Mots clés:  Air ambiant, mercure gazeux total, RCEPA, échantillonnage actif, sables bitumineux, gaz à l'état de traces, Fort McKay, Fort McMurray, Sables bitumineux
Fédérale

Des données relatives au mercure gazeux total (MGT) sont recueillies par Environnement et Changement climatique Canada à deux stations de surveillance de la pollution atmosphérique (SSPA) de la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA). L’instrument de la SSPA 11 de la WBEA a été déplacé à la SSPA 13 de la WBEA au printemps 2014. Les données sur le MGT provenant de la région des sables bitumineux sont disponibles pour les stations suivantes : SSPA 6 de la WBEA – Patricia McInnes, située à Fort McMurray, en Alberta, à compter d’octobre 2010; SSPA 11 de la WBEA – Lower Camp, située à environ 30 km au nord de Fort McMurray, pour la période allant de décembre 2012 à mars 2014, et SSPA 13 de la WBEA – Fort McKay Sud, située près de Fort McKay, à compter de juin 2014. Les concentrations de MGT déclarées sont comparables à celles qui ont été mesurées à différents sites à l’échelle du Canada (Cole et coll., Atmosphere, 2014, vol.

Dernière mise à jour : 23 févr. 2022
Dossier publié : 9 févr. 2016
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: CSV HTML
Mots clés:  Sables bitumineux, Qualité de l'air, Air ambiant, mercure gazeux total, RCEPA, échantillonnage actif, sables bitumineux, gaz à l'état de traces, Fort McKay
Fédérale

LiDAR (détection et télémétrie par ondes lumineuses) est une technique de mesure permettant d’observer la structure verticale complexe de l’atmosphère. Plus précisément, on peut obtenir des renseignements sur la présence et l’ampleur d’aérosols et de nuages avec une résolution spatiale (4 m à la verticale) et temporelle (1 minute) élevée. Cette technique est donc parfaitement adaptée pour comprendre la dynamique atmosphérique et les processus de transport. Les chercheurs d’ECCC ont conçu, construit et déployé des systèmes LiDAR autonomes au sol pour la détection d’aérosols, en trois emplacements distincts de la région des sables bitumineux: AMS13 (de novembre 2012 à septembre 2013), Oski-ôtin (d’octobre 2013 jusqu’à maintenant) et Mannix (de juillet 2013 à mars 2016).

Dernière mise à jour : 19 juill. 2019
Dossier publié : 12 mai 2014
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: CSV
Mots clés:  Air ambiant, télédétection, profil vertical des aérosols, sables bitumineux, Qualité de l'air
Fédérale

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) surveille les métaux à l’état de trace présents dans la matière particulaire fine (PM2,5) provenant de la région des sables bitumineux depuis décembre 2010. On procède à un échantillonnage des PM2,5 aux stations de surveillance suivantes de la Wood Buffalo Environmental Association (WBEA) : Mannix (AMS5), Lower Camp (AMS11) et Fort McKay South (AMS13; jusqu’en mars 2015) à l’aide d’un calendrier et de protocoles établis du programme du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique. En 2015, l’échantillonnage visait les PM2,5 et les PM10-2,5 (fraction grossière) à Fort McKay (AMS1), à Wapasu (AMS17) et à Stony Mountain (AMS18). Les données tirées des mesures effectuées jusqu’à maintenant indiquent que la concentration des métaux tirant leur origine des principales activités minières à ciel ouvert et de traitement diminue avec la distance, et que les éléments de la croûte que sont le fer, le silicium, l’aluminium et le calcium sont présents en plus grande quantité que d’autres métaux décelés.

Dernière mise à jour : 24 juill. 2019
Dossier publié : 1 avr. 2014
Organisation: Environnement et Changement climatique Canada
Formats: CSV
Mots clés:  dépôts, métaux sous forme de particules, échantillonnage actif, sables bitumineux, matière particulaire fine, matière particulaire de moins de 2.5, modélisation, Qualité de l'air
Date de modification :