Éclosion De La Maladie De L’Anémie Infectieuse Du Saumon (Ais) Dans Une Ferme Salmonicole De Terre-Neuve-Et-Labrador

Au sujet de

Numéro de référence :
DFO-2020-QP-00021
Date fournie :
2020-12-03
Organisation :
Pêches et Océans Canada
Nom du ministre :
Jordan, Bernadette (L’hon.)
Titre du ministre :
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

Réponse suggérée :

• Mon ministère a été informé de la détection d’une maladie à déclaration obligatoire : l’anémie infectieuse du saumon ou AIS, dans deux sites de la Northern Harvest Sea Farms à Terre-Neuve-et-Labrador; à chaque site, il y avait un seul poisson dans une seule cage avec AIS.

• À Terre-Neuve-et-Labrador, le principal organisme de réglementation pour la gestion de l’aquaculture sur place et la surveillance de la santé des poissons est la province qui assure la gestion des exigences relatives au suivi de cette détection.

Si on insiste
• L’AIS est une maladie à déclaration obligatoire à l’Agence canadienne d’inspection des aliments qui est responsable du Programme national sur la santé des animaux aquatiques (PNSAA).

• L’AIS ne présente aucun risque pour la salubrité des aliments ou la santé humaine

Contexte :

• La province de Terre-Neuve-et-Labrador s’est dotée d’un politique selon laquelle toute détection d’une maladie à déclaration obligatoire dans un site d’aquaculture doit être rendu public dans les 24 h qui suivent. Cette nouvelle politique (2019) a entraîné une augmentation des rapports publics sur les éclosions potentielles de maladie.
• Le vendredi 9 octobre, Northern Harvest Sea Farms (NHSF) a diffusé un avis public annonçant que lors d’une activité routinière de surveillance de la santé des poissons dans deux de leurs sites, McGrath Cove North et Ironskull Point, on a cru détecter le virus de la maladie de l’anémie infectieuse du saumon (AIS) dans un poisson d’une des cages, dans chacun des sites.
• L’éclosion de l’AIS n’a pas encore été confirmée; toutefois, les sites soupçonnés de contenir des poissons contaminés ont été mis en quarantaine en attendant la confirmation.
• À McGrath Cove North, une cage contient 185 000 poissons, le site compte trois cages contenant en tout 560 000 poissons.
• À Ironskull Point, une cage contient 225 000 poissons et le site maritime comprend trois cages contenant un total de 500 000 poissons.
• Le virus à l’origine de l’AIS est présent naturellement dans les eaux de la côte Atlantique du Canada et a déjà été détecté dans les fermes salmonicoles de l’Atlantique.
• Avant la nouvelle politique provinciale de production de rapport, l’ACIA n’aurait rendu publique l’annonce d’une détection de l’AIS qu’après avoir obtenu confirmation ce qui entraînerait un ordre de destruction intégrale des poissons. Depuis la nouvelle politique, et en règle générale, les compagnies agissent de façon proactive et récoltent les poissons des cages infectées s’ils sont d’une taille quasi marchande. les deux cages concernées n’ont été stockées qu’en 2020, les poissons n’ont donc pas encore atteint la taille de mis en marché.
• L’AIS est considérée comme une maladie endémique dans le Canada Atlantique qui est souvent détectée dans les sites de salmonicultures marines de l’Atlantique à des niveaux qui ne provoquent pas de maladie (non virulente). L’AIS ne présente aucun risque pour la santé humaine.
• L’AIS est une maladie à déclaration obligatoire mentionnée dans la Loi sur la santé des animaux qu’administre l’Agence canadienne d’inspection des aliments qui est responsable du Programme national sur la santé des animaux aquatiques. La maladie étant considérée comme endémique et étant donné le rôle de premier plan qu’assume la province dans la surveillance sur place de la santé des poissons, le gouvernement provincial dirigera toute activité de suivi de la détection (en consultation avec l’ACIA). Pour l’instant, la province a mis en quarantaines les cages contenant les poissons susceptibles d’être contaminés.
• Le MPO de la région de Terre-Neuve-et-Labrador surveille activement l’évolution de la situation et est en contact avec la province, la gestion régionale de l’aquaculture de la Newfoundland Aquaculture Industry Association, et l’agence canadienne d’inspection des aliments.
• La détection, qui n’a pas encore été confirmée, n’a été positive que pour un petit nombre et il n’y a eu jusqu’ici aucune mortalité, les risques pour les poisons environnants sont donc minimes.
• Le personnel régional des secteurs Sciences et Conservation/Protection du MPO a été informé de la détection de l’AIS, les quarantaines en vigueur seront respectées et, avant de se rendre sur le site, les protocoles de biosécurité appropriés seront appliqués.

Retour à la recherche

Date de modification :