L’Immersion En Français Langue Seconde

Au sujet de

Numéro de référence :
PCH-2021-QP-00019
Date fournie :
2021-04-29
Organisation :
Patrimoine canadien
Nom du ministre :
Joly, Mélanie (L’hon.)
Titre du ministre :
Ministre des Langues officielles

Réponse suggérée :

• Au Canada, l’accès à une éducation de qualité dans les deux langues officielles est un droit.
• Notre gouvernement est fier d’investir 180,4 millions $ pour aider les étudiants canadiens à atteindre des niveaux plus élevés de bilinguisme.
• Nous continuerons notre travail avec les provinces et les territoires afin que les étudiants anglophones aient la possibilité d'apprendre le français et de devenir bilingues.

Contexte :

• Le 19 avril 2021, le gouvernement du Canada a présenté son Budget 2021 : Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience. Il propose d’investir 389.9 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022 pour appuyer les langues officielles.
• Le budget de 2021 propose de fournir, entre autres :
o 180,4 millions de dollars à Patrimoine canadien pour aider les étudiants de partout au pays à atteindre des niveaux plus élevés de bilinguisme. Ce financement servira à améliorer les programmes d’immersion française et de français langue seconde dans les écoles et dans les établissements postsecondaires, à aider les provinces et les territoires à répondre à la forte demande de la part des étudiants et des parents à l’égard de places dans les programmes d’immersion française et de français langue seconde, à renforcer la stratégie en place pour le recrutement et le maintien en poste d’enseignants, et à appuyer l’apprentissage du français dès le plus jeune âge.
o 121,3 millions de dollars à Patrimoine canadien afin d’offrir une éducation postsecondaire de qualité dans la langue de la minorité au Canada.
• Déjà en février 2021, le document de réforme de la Loi sur les langues officielles, intitulé Français et anglais : Vers une égalité réelle des langues officielles au Canada, affirmait la volonté d’offrir des occasions d’apprentissage des deux langues officielles, car « la demande à l’égard des programmes d’immersion française dépasse de manière évidente l’offre depuis les dernières années, [et] les parents montrent d’année en année leur engouement en inscrivant leurs enfants à des écoles d’immersion française malgré le manque de places au sein du réseau scolaire.»
• En mars 2021, la ministre du Développement économique et des Langues officielles a rendu publiques diverses initiatives visant à combler la pénurie d'enseignants dans les écoles de langue française en situation minoritaire, ainsi que les programmes d'immersion française et de français langue seconde partout au pays.
• Un « Protocole d’entente relatif à l’enseignement dans la langue de la minorité et à l’enseignement de la langue seconde » 2019-2023 est en place entre le gouvernement du Canada et l’ensemble des provinces et des territoires. Ce cadre multilatéral établit les grands paramètres de coopération entre les deux ordres de gouvernement dans le domaine des langues officielles dans l’enseignement et offre un mécanisme par lequel le gouvernement du Canada contribue aux coûts engagés par les provinces et territoires pour l’enseignement dans la langue de la minorité et de la langue seconde. En vertu des paramètres du Protocole d’entente, chaque province et chaque territoire doit négocier une entente bilatérale adaptée à ses priorités pour obtenir son financement.
o Bien qu’il souscrive aux principes généraux du Protocole d’entente, le gouvernement du Québec n’est pas signataire.
• En vertu des ententes bilatérales en éducation, le gouvernement du Canada fournit
235,5 millions de dollars par année aux provinces et territoires (149,1 millions de dollars pour l’éducation dans la langue de la minorité et 86,4 millions de dollars pour l’enseignement de la langue seconde). Présentement, 15 millions de dollars additionnels par année sont réservés de 2019 2020 à 2022 2023 pour accroître l’appui à l’éducation dans la langue de la minorité. Cet appui additionnel, annoncé dans le Budget 2019, est conditionnel à des engagements de la part des provinces et territoires afin d’améliorer la consultation des intervenants et la transparence dans la reddition de comptes.

Retour à la recherche

Date de modification :